Toulouse. Comment l’association Envoi répare, recycle et réinsère


En partenariat avec

ToulÉco

.

Envoi souffle ses 25 bougies et surfe sur le succès de la seconde main. En forte croissance, l’association, qui fonctionne comme une entreprise, a inauguré ses nouveaux locaux à Colomiers. Elle renouera en 2022 avec un chiffre d’affaires d’avant-Covid, de l’ordre de 6 millions d’euros.

Envoi est une association fondée par Airbus et la Mairie de Toulouse pour aider les personnes en situation de rupture ou de handicap à se réinsérer. Une mission largement accomplie. « En vingt-cinq ans, plus de 1000 personnes ont fait un séjour chez Envoi, avec à la clé une réinsertion. Et d’ailleurs nous enregistrons tous les ans 70 % de sortie positive vers un CDI, un CDD ou une formation qualifiante », évalue Jean-Marc Thomas, le président d’Envoi et ancien président d’Airbus France. Envoi compte aujourd’hui 110 salariés, dont la moitié occupe un emploi inclusif. « Nous formons chaque année une cinquantaine d’adultes, éloignés de l’emploi qui ont un niveau entre bac-2 et bac+2 », décrit Nicolas Larroque, le DRH.

L’association, qui se définit comme une société à but non lucratif, est spécialisée dans le recyclage des déchets d’équipement électrique et électronique (D3E) et favorise donc l’inclusion par l’emploi. Le recyclage des ordinateurs reste son activité phare et Airbus son principal client, à l’origine de 90 % du chiffre d’affaires. Envoi récupère 20.000 ordinateurs par an, en démantèle certains (l’équivalent de 100 tonnes de déchets tracés chaque année), en reconditionne d’autres qu’elle valorise grâce à des accords passés avec de grands fournisseurs d’ordinateurs de seconde main, et revend finalement 2000 à 3000 ordinateurs reconditionnés chaque année. Un chiffre qui devrait monter à 5000 par an, pour satisfaire une demande en hausse constante. « Finalement, la vente de deux cents PC permet de financer un emploi équivalent temps plein », précise le recruteur.

Envoi assure le SAV et ses PC sont garantis six mois, ils sont rachetés à 70 % par des entreprises et à 30 % par des particuliers et cette activité reste aujourd’hui son axe de différenciation.

Un bilan carbone divisé par trois

Au-delà de l’impact social, l’impact environnemental d’Envoi est aussi réel. « Nous estimons que le bilan carbone est divisé par trois entre un PC neuf et un PC reconditionné », indique Nicolas Larroque. Au fil des ans, Envoi a développé son activité dans quatre grands métiers.

L’informatique, évidemment, avec, outre le reconditionnement de PC, celui des téléphones mobiles, des vidéoprojecteurs, des stations de travail… L’aéronautique ensuite, avec environ 40 personnes formées chaque année pour travailler autour des avions et, enfin, la relève de compteurs et les services administratifs au sens large (centres d’appels, diagnostics handicap dans les entreprises).

Envoi mise aussi sur la diversification. Exemple avec ces poubelles à masques en carton connectées proposées aux entreprises clientes. Et ces boites à histoire pour enfants de la marque française Lunii, que l’association répare dans ses ateliers.

À l’automne dernier, Envoi a inauguré les 2600 m2 flambant neufs de ses nouveaux locaux, à deux pas des usines Airbus à Colomiers. Ce bâtiment éco-responsable, équipé de toitures photovoltaïques, a nécessité un investissement de 5 millions d’euros, financé en propre. Il a permis de regrouper les équipes, auparavant disséminées sur quatre sites de l’agglomération toulousaine.
Béatrice Girard

Sur la photo : Jean-Marc Thomas et Nicolas Larroque, respectivement président et DRH d’Envoi, première association d’Occitanie dédiée à l’inclusion sociale insertion et handicap.
Crédit : Hélène Ressayres – ToulÉco.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*