Spatial. Depuis Toulouse, Telespazio accélère la détection des mauvaises graines par drones


En partenariat avec

ToulÉco

.

Testée, améliorée et éprouvée notamment auprès de Nataïs, le leader gersois du pop-corn, la solution de géolocalisation par drone proposée par Telespazio France entend conforter sa position dans le domaine agricole et étendre ses applications à d’autres secteurs.

On l’appelle « l’herbe du diable ». C’est dire si le datura, qui contient des alcaloïdes, est toxique pour l’homme et l’animal. « Plus tôt il est détecté, mieux c’est », avance Olivier Surly, directeur de la géo-information, un domaine d’activité développé par Telespazio France, spécialiste des services par satellites.

En 2017, le roi du pop-corn gersois, Nataïs, installé à Bézéril, a contracté un partenariat avec la joint-venture spatiale, née du regroupement entre Léonardo (67%) et Thales (33%), pour localiser l’endroit précis où se logent les mauvaises herbes, avant la récolte du maïs. Pour les détecter, huit drones ont été déployés à la surveillance de 7000 hectares de parcelles. Une fois cartographiées, les informations sont ensuite analysées par l’intelligence artificielle puis mises à la disposition du client sur son mobile ou sur le web.

« Ce service, appelé GeoAdventice, étend la surveillance du datura à d’autres cultures, comme le tournesol, le sorgho ou le soja et le sarrasin, mais aussi à d’autres plantes toxiques », prévient M. Surly.

Industrialisation

Depuis son lancement en 2016, une quinzaine de drones a survolé 20.000 hectares de parcelles agricoles. « Cette activité saisonnière, de juin à octobre, double tous les ans », se félicite Olivier Surly, qui dirige vingt-cinq personnes, réparties sur deux sites, Toulouse et Bordeaux.

L’enjeu pour Telespazio France, dont le siège est à Toulouse avec 250 à 300 salariés, est désormais de passer à l’étape supérieure, celle de l’industrialisation de ce service. « Notre ambition est de croître dans le domaine agricole mais aussi de diversifier notre architecture globale, testée et éprouvée ces trois dernières années, dans des marchés verticaux, comme la gestion des risques, celle des forêts… » Mais aussi à la surveillance maritime, la défense et la sécurité.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Les drones de Telespazio ont testé leur technologie de détection dans les champs de maïs de Nataïs. Crédit : Telespazio.  

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*