Ocssimore affiche sa nouvelle feuille de route pour 2021

Dédiée à la recherche de solutions pour la sécurité digitale, Ocssimore travaille avec différents acteurs économiques en Occitanie et en Europe. Marquée par la crise sanitaire, l’association présente sa nouvelle feuille de route et annonce la signature d’un partenariat avec la Mêlée pour partager ses connaissances avec un plus grand nombre d’entreprises.

Un partage de bonnes pratiques et de savoir-faire

C’est dans un contexte de digitalisation des processus et l’explosion de la DATA, où la question de la sécurité digitale devient un enjeu majeur pour les sociétés de toutes tailles, que les actions d’acteurs comme Ocssimore prennent tout leur sens. Opérationnelle depuis 2017, l’association constitue un pôle de recherche en cybersécurité qui travaille en étroite collaboration avec une dizaine d’entreprises adhérentes sur la région qui génèrent beaucoup de besoins non forcément couverts. L’association regroupe des sociétés qui représentent différents secteurs d’activité structurants de l’économie, notamment avec une représentation forte des secteurs bancaires et de la santé. « Nos adhérents ne sont pas des entreprises qui s’interrogent sur la cybersécurité, mais celles qui ont déjà compris que la sécurité constitue un énorme enjeu à traiter dans leur transformation digitale, celles qui se rendent compte que nous avons tous le même problème. Il y a des niveaux de compétences qui sont différents chez chacun d’entre eux. L’intérêt d’Ocssimore est de créer de la connaissance en partageant les bonnes pratiques et les savoir-faire », explique Daniel Bonnoron, président de l’association. « Nous sommes tous utilisateurs de la cybersécurité. La force d’Ocssimore par rapport à d’autres associations qui regroupent des start-ups, c’est que nous n’avons pas de solutions, mais des besoins. Notre sujet est bien d’alimenter les réflexions sur ces besoins-là », ajoute-t-il. 

Nouvelle feuille de route

Suite à la crise sanitaire, Ocssimore a restructuré sa démarche en fin d’année 2020. Pour 2021, l’association a élaboré une feuille de route comportant 5 chantiers, tous issus des principales préoccupations des adhérents. Ces thématiques identifiées sont l’usage du cloud, la sensibilisation, le data-sharing, la cyberassurance et l’industrie 4.0. « Nous avons pu vérifier lorsque l’on a lancé les premiers groupes de travail que ces 5 sujets concernent tout le monde, et qu’ils seront très porteurs dans les années à venir. Nous avons cette volonté de partager nos compétences et notre savoir-faire dans l’écosystème d’Occitanie », explique Médéric Collas, délégué général d’Ocssimore.

Partenariat avec la Mêlée

C’est dans ce même esprit de partage qu’Ocssimore a récemment signé un partenariat avec l’association la Mêlée, acteur important de la région. « Il était judicieux pour nous de partager nos connaissances, d’autant plus que la Mêlée comprend une commission cybersécurité assez intéressante pour faire un pont avec nos travaux. Cela va dans notre sens, celui de donner de l’information au plus grand nombre d’entreprises » explique Daniel Bonnoron. En matière de partenariat, le premier enjeu sur lequel Ocssimore souhaite travailler avec la Mêlée est celui de mettre en commun leurs efforts de sensibilisation menés en interne pour pouvoir le faire plus largement au niveau de leur écosystème. « Nous avons des connaissances concernant la fraude au moyen de paiement ou aux risques dus aux virements. C’est sur cette connaissance que nous souhaiterions démarrer notre sensibilisation. Pour cela, nous avons besoin de partenaires capables d’animer, de toucher par leurs canaux un public large et d’y associer des contenus plus “experts”. Nous comptons beaucoup sur le partenariat avec le Mêlée pour nous apporter ces éléments », conclut Médéric Collas.

Sur la photo: la réception de l’équipe du projet européen Cybersec4Europe auquel Ocssimore contribue dans le cadre des travaux européens H2020/Horizon Europe, le 12 Novembre 2019. Crédits: DR.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*