Montpellier : croissance en berne pour Oceasoft au 1er semestre 2018

Malgré un rebond attendu sur le second semestre, Oceasoft révise à la baisse ses prévisions de croissance pour 2018.

 

 

Concepteur de capteurs intelligents et connectés pour l’industrie, Oceasoft  a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 3 766 K€ sur le 1er semestre de son exercice 2018, en croissance organique de 1% par rapport à celui de 2017. L’an dernier, la croissance était de 22% sur la même période.  Sur les 6 premiers mois de 2018, l’activité d’Oceasoft a été soutenue par une progression de 31% du CA sur la zone EMEA (27% de l’activité totale sur la période), tandis que l’activité est restée stable en France (45% du chiffre d’affaires semestriel).

Sur la zone Amériques, le chiffre d’affaires a crû de 5% (à taux de change constants). En revanche, la société a enregistré un net recul de son activité en Asie-Pacifique (-42% comparé au 1er semestre 2017), région qui ne représente que 7 % du CA du groupe sur la période.  « Malgré une activité moins soutenue qu’escomptée au 1er semestre 2018, nous restons confiants pour la suite de l’exercice. La progression de la prise de commandes au 1er semestre (+8% à taux de change constants) est un indicateur encourageant, et les projets commerciaux en cours nous permettent d’envisager sereinement l’activité dans les prochains mois, avec un rebond de la croissance attendu dès le 2nd semestre », explique Laurent Rousseau, Président-Directeur général d’Oceasoft, dans un communiqué.

Au regard de ses résultats, la société montpelliéraine révise toutefois ses prévisions à la baisse pour 2018, avec une croissance attendue inférieure à celle de l’an dernier (+18% sur l’année civile 2017 par rapport à 2016).

Chantal Delsouc, MID e-news

Diplômée de l’Institut Français de Presse, Chantal Delsouc est spécialiste de l’économie numérique. Rédactrice en chef de MID e-news, elle est également co-fondatrice et directrice de l’agence éditoriale Campagne de presse.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*