L’incubateur toulousain Nubbo ne connaît pas la crise

Né en l’an 2000 sous l’impulsion du Ministère de la Recherche avec le soutien de la Région Occitanie, l’incubateur toulousain Nubbo, profite de son 20e anniversaire pour dresser le bilan d’une croissance et d’une progression constante durant toutes ces années.  

En 20 ans, Nubbo, c’est 10 millions d’euros investis en 20 ans, 283 projets accompagnés pour 232 entreprises créées et 640 millions de fonds levés. Des chiffres qui permettent à l’incubateur, aussi discret qu’il soit, de figurer parmi les 5 premiers de France. S’il s’inscrit dans une mission de service public, Nubbo fonctionne selon les mêmes règles de logique économique que ses protégés : combler une demande, adapter ses services, anticiper l’avenir et gérer ses ressources. « Nubbo est un incubateur accessible et au service de tous les entrepreneurs innovants. Je peux dire avec fierté que nous accompagnons aujourd’hui des projets issus de la métropole toulousaine, mais aussi du Lot et des Pyrénées-Orientales, et dans tous les domaines : greentech, aéronautique, biotechnologies, spatial, intelligence artificielle… », se réjouit Guillaume Costecalde, président de Nubbo.

La pérennité de l’incubateur fonctionne selon un modèle de fonctionnement entrepreneurial qu’il a été un des premiers à utiliser. Il s’agit d’un modèle d’autofinancement qui permet aux entreprises créées de rembourser dans les années qui suivent leur départ de l’incubateur les sommes débloquées à leur profit. Les fonds engagés sont donc transformés en retours sur investissement et participent à leur tour à soutenir de nouveaux projets en Occitanie. Une aide financière rarement accessible dans ce type de structure, puisqu’en cas d’échec du projet, l’incubateur assume la perte financière.

Alors que la pandémie du covid-19 bouleversait le monde entier il y a déjà un an de cela, Nubbo accueillait 8 nouvelles start-ups en avril dernier. Un signal fort donc, témoignant d’une certaine capacité de réaction et d’adaptation à son environnement, ce qui a permis à l’incubateur de maintenir une activité de conseil optimale. « Malgré́ le contexte de crise sanitaire et économique en 2020, nous avons tenu les objectifs qualitatifs et quantitatifs fixés par le plan de développement élaboré avec la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée à fin 2017. Nous avons réussi à doubler le nombre de projets accompagnés, passant de 20-25 projets par an à 50 projets à fin 2020 », annonce Anne-Laure Charbonnier, directrice de Nubbo.

Avec de nombreuses pépites passées par l’incubateur telles que Delair, Antabio, FittingBox, Naïo Technologies ou encore Preligens, le modèle d’incubation de Nubbo n’a cessé de faire ses preuves et l’année 2020 n’aura donc pas dérogé à la règle. Une évolution qui devrait par ailleurs continuer en ce sens selon la directrice. « Pour l’avenir, nous estimons une forte croissance des projets B2B avec une forte valeur ajoutée technologique. C’est une tendance qui se distingue au niveau national, mais nous nous attendons à un nouvel élan particulièrement marqué en Occitanie, dès 2021. Les impacts de la crise sanitaire vont se faire ressentir dès le 1er semestre, de nouveaux talents vont se libérer et sans nul doute, faire germer des projets audacieux », confie-t-elle.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*