Ligthning network : focus sur les derniers développements du protocole Bitcoin

D’un point de vue technique, le protocole Bitcoin est encore limité dans sa capacité de traitement de gros volumes de transactions. Les développeurs du Ligthning network s’attaquent au problème !

En partenariat avec  

Comme Internet dans les années 90 ou l’aviation au début du siècle dernier, Bitcoin est une invention prometteuse mais qui n’en est encore qu’à ses balbutiements. De fait, malgré ses nombreuses qualités intrinsèques (protocole open-source, réseau d’échange de valeur décentralisé, libre d’accès, sans frontière, résistant à la censure, à la corruption, monnaie programmable…), Bitcoin souffre encore de sérieuses limites de nature à rebuter les moins motivés d’entre nous. D’un point de vue technique (je vous fais grâce pour cette fois des considérations sociétales, mais je ne les oublie pas !), la principale faiblesse de Bitcoin et des nombreux protocoles d’échanges de valeur qui s’en inspirent, tel Ethereum, Monero, Zcash…, réside dans leur capacité de traitement d’un volume limité de transactions.

Dans le jargon, on parle d’un problème de « scalabilité », autrement dit d’un problème de montée en charge. En l’occurrence, le réseau Bitcoin offre actuellement une capacité de traitement d’environ 7 transactions par seconde (7 tx/s), là où le réseau Visa est capable d’en traiter 2 000 par seconde en vitesse de croisière, et plus de 40 000 par seconde lors des pics d’utilisation (fêtes de noël, black friday, etc.). En pratique, lorsque les pics de demandes explosent sur le réseau Bitcoin, les frais associés à chaque paiement en bitcoins explosent aussi !

Toutes les transactions Bitcoin émises ne peuvent pas être validées en même temps et ce sont donc les émetteurs qui paient le plus de frais qui sont validés les premiers. Dure dure la vie dans ces moments là sur le réseau Bitcoin. Pour vous donner un ordre d’idée, alors que cela coûte la plupart du temps moins de 10 centimes d’euros d’envoyer de l’argent en bitcoins partout dans le monde et ce quel que soit le montant envoyé, lors d’un pic d’utilisation du réseau Bitcoin les frais de traitement d’une transaction augmentent drastiquement et peuvent alors dépasser les 50€ par opération ! Pas évident dans ces moments là d’acheter une pizza en bitcoins ; alors même que par carte bancaire tout devrait très bien se passer…

Vous l’aurez donc compris, Bitcoin est encore loin de pouvoir satisfaire les besoins élémentaires des milliards d’individus peuplant cette planète. Heureusement les limites du réseau Bitcoin aujourd’hui ne seront pas celles de demain. Et ce problème de montée en charge n’est pas une fatalité, mais plutôt un défi que de nombreux développeurs de Bitcoin ont bien l’intention de relever ! La solution actuellement développée, testée et déployée en mode bêta sur le réseau Bitcoin, s’appelle le « lithgning network« . Il s’agit d’une couche secondaire du protocole Bitcoin, qui devrait permettre à tous ceux qui l’utilisent d’envoyer entre eux instantanément des transactions Bitcoin avec très peu de frais, quelle que soit l’affluence sur le réseau Bitcoin.

Cette solution est globalement considérée comme la meilleure réponse aux problèmes de montée en charge qu’éprouve Bitcoin. Nous serons ravi de vous faire une présentation du ligthning network, ainsi que des différentes solutions envisagées pour permettre aux systèmes d’échange de valeur décentralisés de monter en charge, le 25 avril prochain à la Cantine Aubuisson à l’occasion de l’événement Blockchain in Toulouse. N’hésitez pas à venir participer à cet évènement, places limitées, inscription requise.

Benoît Huguet, co-fondateur de BitConseil

 

Diplômée de l’Institut Français de Presse, Chantal Delsouc est spécialiste de l’économie numérique. Rédactrice en chef de MID e-news, elle est également co-fondatrice et directrice de l’agence éditoriale Campagne de presse.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*