La Bonne Idée des commerçants chics de Toulouse


En partenariat avec

ToulÉco

Une marketplace des commerçants haut de gamme de Toulouse : voilà La Bonne Idée proposée et lancée par Katie Nat et Jérôme Sion. En ce mois de janvier, cette plateforme en ligne s’ouvre à la culture et et lorgne déjà vers l’Occitanie.

Le bijoutier Marc Deloche, la boutique Département Féminin, la parfumerie Santa Rosa, la papeterie Trait, Le Neroli Café et la fleuriste Poppy Figue ou encore le studio de yoga Malabar Princess. Près d’une vingtaine de commerces chics de la place toulousaine, dont l’activité est impactée par la crise sanitaire, ont intégré la plateforme virtuelle La Bonne Idée.
Cette market place ne se définit pas comme un annuaire, encore moins comme un catalogue de produits. Mais se rapproche d’un concept-store qui mélange les genres, tel un Bon Marché. « Les commerçants ont en commun un savoir-faire, la qualité, l’exigence et le local », se défend Jérôme Sion, ostéopathe de métier et cofondateur, avec Katie Nat, de La Bonne Idée.

Le client entre virtuellement dans le bâtiment de style haussmannien qui sert de décor au site internet et grimpe dans les étages. À chaque fenêtre correspond une boutique, des photos et un lien qui renvoie vers le site marchand. « Nous proposons une déambulation, une circulation dans la ville », ajoute Jérôme Sion. Si cette marketplace a été mise en ligne le 15 décembre dernier, à quelques jours des fêtes, il est encore trop tôt pour mesurer l’effet sur les ventes.

Vidéos culturelles

La culture est le second volet de la plateforme. Courant janvier, des vidéos courtes de plus de deux minutes mettront en avant le travail et l’œuvre d’un artiste, un livre choisi par un libraire ou encore une exposition présentée par un directeur de musée. « En cette période noire de « stop and go » pour les établissements de spectacles et de désarroi profond pour les artistes, il s’agissait de leur offrir une forme de visibilité et de diffusion d’œuvres, certes différente et incomplète mais ayant le mérite de maintenir une proposition », ajoute Jérôme Sion.
Ambitieuse, La Bonne Idée ne se limite pas à Toulouse. Les deux porteurs du projet souhaitent élargir le concept aux commerçants et artisans d’art de toute la région Occitanie.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Les deux initiateurs de La Bonne Idée, Katie Nat et Jérôme Sion. Crédit : heleneperry et anakenaproductions.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*