Jeux Vidéo. Proxima Plus se joue de la crise


En partenariat avec

ToulÉco

.

La PME toulousaine, en croissance continue depuis quinze ans, se taille déjà une belle place sur le marché des accessoires de jeux vidéo. Avec ses trois dirigeants salariés aux manettes après la transformation en Scop, Proxima Plus veut se lancer sur les ventes en ligne et à l’export.

Comme les robots de cuisine et les téléviseurs, le secteur des jeux vidéos traverse la crise sanitaire sans encombre ! Dans ce juteux marché de l’entertainment, les fabricants (Nintendo, Sony et Xbox) font la pluie et le beau temps au gré des sorties de leurs nouvelles consoles de jeu, entrainant derrière eux les fabricants d’accessoires. Une dizaine de fabricants de joysticks, casques, etc. compatibles avec les appareils des grandes marques évoluent en Europe. Ils sont quatre ou cinq en France et un seul en Occitanie. Il s’agit de Proxima Plus, une PME de Plaisance-du-Touch, créée il y a quinze ans par Damien Laborde.

Celle-ci compte quinze salariés, a réalisé 6,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020 et table sur une croissance de 5% cette année, malgré la crise. Récemment transformée en Scop, elle vient d’être reprise par trois de ses cadres, désormais aux manettes, qui engagent un vrai virage stratégique.
« Nous investissons fortement pour créer un site marchand d’ici la fin de l’année et bénéficier d’un nouveau canal de commercialisation », annonce Laurent Simon, associé gérant de Proxima Plus. En effet, jusqu’à présent, la PME ne distribuait ses produits que via la grande distribution, les enseignes spécialisées (Darty, Boulanger, Fnac) et les revendeurs d’occasion (Cash Converters…). « Ce nouveau canal pourrait à lui seul faire progresser notre chiffre d’affaires de l’ordre de 15% dès 2022 », estime Laurent Simon.

Soutien de bpifrance et cap sur l’export

Autre objectif, se lancer dans le grand bain de l’exportation. « Jusqu’à présent, hormis quelques clients en Belgique et en Espagne, nous n’avions pas une véritable politique export, mais c’est en train de changer. » Proxima Plus vient en effet de souscrire un prêt de 200.000 euros auprès de bpifrance. Une enveloppe qui lui a déjà permis de recruter une responsable export chargée d’inonder le marché européen, notamment par l’intermédiaire des grossistes.

Enfin, dans un univers du jeu vidéo en pleine évolution, Proxima Plus compte jouer un rôle dans les prochaines années. « Le marché va changer, les joueurs vont peu à peu basculer dans le 100% jeu en réseau et des plateformes de jeux remplaceront bientôt les consoles. D’ailleurs, les Amazon et autres Google se rêvent déjà en Netflix des jeux vidéo », assure Laurent Simon. « À nous de faire évoluer nos produits pour qu’ils soient compatibles avec des manettes d’opérateurs. » Pour créer la manette de demain, la PME cherche donc à nouer de nouveaux partenaires industriels.
Béatrice Girard

Sur la photo : de gauche à droit, Géraud Zanghieri, Giuseppe Laversa et Laurent Simon, les trois associés gérants de Proxima Plus veulent donner une envergure internationale à la PME toulousaine. Crédits : Proxima Plus.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*