Inondation. La startup Floodframe maintient les bâtiments à flots 

Avec le réchauffement climatique et la montée des eaux, de plus en plus d’inondations sont à prévoir. Installée à Toulouse depuis août 2021, la solution danoise de Floodframe permet de protéger tous les bâtiments contre ces risques. 

Un produit complet 

Une couverture étanche s’enroule autour d’un flotteur, comme une bouée pour enfant. Tel est le principe qu’optimise la solution de Floodframe qui, appliquée à un bâtiment, permet ainsi de protéger ce dernier de manière autonome, intégrale et invisible. Installés tout autour de la maison, les flotteurs se gonflent automatiquement lorsque l’eau pénètre dans le périmètre de la maison. L’enveloppe s’ouvre, serrant le cadre et empêchant l’eau d’entrer. De plus, le produit s’adapte à tout type de construction et constitue une solution radicalement différente de ce qui existe. Une invention qui a permis à la société d’être reconnue par le Conseil Européen de l’Innovation comme une des 150 PME les plus innovantes en Europe, tous secteurs confondus. Elle a déjà déployé ses produits auprès de dizaines de clients en Europe du Nord et aux Etats-Unis.

L’Occitanie, terre d’inondation

Le choix de l’implantation à Toulouse n’est pas anodin. En effet, les dommages assurés moyens annuels liés aux inondations et aux submersions marines sont estimés à 149 M€ sur toute la région Occitanie. Une problématique de taille qui a poussé la région à soutenir le initiative de Floddframe à travers le programme « Invest on France ». « Les inondations frappent beaucoup de pays dans le monde, et l’actualité récente nous montre que le phénomène est difficile à prévoir. La France a énormément développé sa compréhension du phénomène, mais pratiquement aucune entreprise n’a innové. Je suis ravi que Toulouse attire ce type d’entreprise, très innovante, avec une vraie préoccupation environnementale, imbibée de cette culture sociale des pays du Nord de l’Europe », se réjouit Rémi Alquier, Directeur Général France de FloodFrame dans un communiqué. L’appui de la région devrait par ailleurs permettre à la société de démarrer rapidement ses recrutements et consolider son développement en France et en Europe du Sud. 

Un coût sur la durée

Le prix du dispositif dépend du périmètre d’un bien à protéger. Sur une maison individuelle, le prix est aux alentours de 10 000 à 15 000 euros. Sur les bâtiments les plus imposants, comme les entreprises industrielles, le tarif est compris entre 50 000 et 100 000 euros. Malgré cet investissement, le système se veut durable. Comptez entre 30 et 50 ans de durée de vie, pour un flotteur. Une simple révision annuelle suffit à maintenir en bon état la bouée. 

En pleine levée de fonds, la société entend passer de 4 employés actuellement à 12 d’ici deux ou trois ans.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*