Pour le « huge », le « big data » n’est qu’un nain !

Avez-vous eu du mal à comprendre le concept du « big data » ? Quoi qu’il en soit, passez directement à celui du « huge data » – qui signifie juste que le « big » a grossi de façon exponentielle – sinon, vous serez très en retard…

En France, l’expression « big data » est désormais comprise bien au-delà du cercle des spécialistes de la donnée et des services informatiques. Cependant, alors que la notion commence juste à être « digérée » par le grand public, une autre expression s’impose dans le jargon des professionnels du numérique. Il s’agit de « huge data », concept qui pourrait être résumé – de façon approximative, bien sûr – par « very very big data ».

Concrètement, le remplacement de « gros » par « énorme » n’est pas simplement anecdotique. Il porte un message clair sur l’évolution exponentielle du volume des données collectées : il est tel que le problème n’est plus lié au développement de nouveaux capteurs, mais à la difficulté de transporter, de stocker et de traiter un aussi grand nombre de données.

Cette année encore au CES de Las Vegas, les lancements les plus nombreux concernent ainsi de nouveaux types de collecteurs de données dans des domaines comme la domotique, la voiture autonome, la santé, l’énergie, etc.

La seule solution pour lutter contre ce « fléau » que devient le « huge data » est de permettre aux données de décider elles-mêmes et très en amont si elles sont pertinentes ou non, mais aussi par qui elles pourront ou non être consultées. Plusieurs grands noms de l’industrie numérique militent actuellement pour le développement de « méta données », des données supérieures situées entre l’humain et les datas, qui décideraient les données à conserver et qui aurait le droit d’y accéder. Par exemple, une méta donnée pourrait ainsi estimer que la donné indiquant de votre porte d’entrée n’était pas correctement verrouillée au moment du cambriolage et que votre assureur pourra la consulter. Il pourra ainsi l’utiliser pour justifier qu’il n’y aura pas remboursement puisqu’il n’y a pas eu effraction, si cela est en conformité avec le Règlement Général sur la Protection des Données, qui entrera en vigueur fin mai 2018. C’est être de là que vient l’expression être « huge et partie » ?

MID e-news

Pascal Boiron était un journaliste spécialisé dans l'économie du numérique depuis 1987, il a notamment travaillé pour Technologies Bancaires, 01 Informatique, Décision Micro, Le Monde Informatique, Distributique... Il a co-fondé l'Agence "Campagne de Presse" en 2003 . Depuis 2009, Pascal était le rédacteur en chef de MID e-news. Il nous a malheureusement quitté en janvier 2020.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*