Geek Junior s’invite en kiosques et lance son robot éducatif

Après avoir récemment procédé à une augmentation de son capital, le magazine dédié à la culture numérique pour les 10-15ans souhaite gagner en visibilité et espère doubler son nombre d’abonnés. 

Tutoriels pour créer son premier site web ou se préserver des dangers d’internet, actualités de bandes dessinées et mangas ou encore astuces jeux vidéo… nombreux sont les sujets abordés par le magazine Geek Junior, dédié au développement de la culture numérique chez les 10 à 15 ans. Une aventure qui a commencé en 2015 à Gaillac, sous la forme d’un blog, et qui depuis n’a cessé de prendre de l’ampleur. « Il y a eu une première accélération en 2020 après la sortie du magazine papier, uniquement disponible par abonnement. Nous avions lancé ça sans trop savoir quel allait être le retour. En deux ans, nous avons dépassé les 4000 abonnés payant en France » se félicite Christophe Coquis, rédacteur en chef de Geek Junior.

Les 8000 abonnés dans le viseur

Mais le magazine 100 % fabriqué en Occitanie ne compte pas s’arrêter là, pour preuve son déploiement depuis le 1er avril dernier dans 4500 kiosques en France. En phase d’expérimentation sur les trois prochains mois, cette opération devrait indiquer à Geek Junior l’efficacité d’attractivité de son offre en rayons. « L’objectif à travers cette sortie en kiosque est de doubler la diffusion payante pour atteindre les 8000 abonnés. En ciblant essentiellement le monde éducatif et les bibliothèques, nous arrivons à équilibrer en payant toutes nos factures, ce qui est déjà une petite performance quand on crée un média. Nous souhaitons dorénavant consolider le modèle économique en cherchant à développer un nouveau lectorat », confie Christophe Coquis, convaincu que le format papier reste un support apprécié des plus jeunes. « Je suis toujours persuadé que quand on propose quelque chose qui intéresse les enfants ou les adolescents, le papier n’est pas quelque chose qui les gêne, au contraire. Quand on voit l’explosion de la lecture des mangas ou des bandes dessinées, on constate que ce n’est pas un problème de lecture. C’est juste une question d’offre. Avec Geek Junior, l’objectif est de développer leur culture en abordant le quotidien du numérique, et en abordant leur quotidien, on les intéresse », précise-t-il. 

le groupe Lego parmi les annonceurs

En parallèle, le rédacteur en chef de Geek Junior espère que cette visibilité en kiosque attire les annonceurs. « Jusqu’à présent nous n’avions pas de publicité dans notre revue. Ce n’est pas qu’on n’en voulait pas, mais on n’arrivait pas à les convaincre », explique-t-il. Une préoccupation qui semble déjà se dissiper, puisque le magazine encarte dès la sortie de sa première édition en kiosque une annonce du groupe Lego au milieu de ses pages, contrat dont Christophe Coquis se réjouit particulièrement. « Nous avons toujours basé notre modèle d’affaire sans la pub, notamment parce que les annonceurs aujourd’hui mettent quasiment tout leur budget sur la communication numérique. Beaucoup ont abandonné la presse papier. Sans lecteurs, le magazine meurt, d’où l’importance de pérenniser l’activité à travers eux. La publicité, ce n’est que du bonus pour nous, mais il est vrai que compter un groupe mondial comme Lego parmi nos annonceurs est une chose dont nous sommes très fiers », précise-t-il. 

Un robot programmable éducatif pour les ados

Porté par le désir de conquérir un public toujours plus large, Geek Junior a récemment annoncé une première diversification de son offre, somme toute complémentaire à celle du magazine : un robot éducatif et programmable. En précommande jusqu’au 5 mai sur le site Ulule, l’objectif est, à travers cette opération, d’inviter les jeunes à découvrir la robotique, la programmation et l’électronique en pratiquant eux-mêmes. Ainsi, après l’avoir monté, une douzaine d’activités informatiques leur seront proposées pour donner vie au robot, équipé d’une petite carte microbit utilisée en Angleterre dans les collèges pour initier les jeunes à la programmation. « L’idée est venue au salon Éducatech à Paris où l’entreprise Technologies Services, basée à Saint Étienne, avait présenté un prototype que nous avions trouvé super. Nous leur avons proposé de le rendre disponible au grand public avec une offre plus accessible, et qui permette aux ados de se lancer » raconte Christophe Coquis. Nul doute qu’il ne s’agit que d’une première étape pour le magazine qui vient de lancer son nouveau site web, prévu pour accueillir les projets « d’autres entreprises dont les solutions nous plaisent » à l’avenir. 

Pour commander le robot Geek Junior, rendez-vous sur le site https://fr.ulule.com/robot-geek-junior/

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*