En 2021, les start-ups toulousaines ont levé 350 M€

Malgré l’incertitude économique, les start-ups toulousaines ont levé en 2021 un montant record de 350 millions d’euros, contre 158 M€ en 2020.

2021 aura été finalement une réussite pour le financement de l’innovation toulousaine, qui a vu son volume d’investissement plus que doubler en un an. Une hausse qui s’explique notamment par une croissance de 83 % du montant moyen levé, qui était de 2,2 millions d’euros en 2021 contre 1,2 l’an dernier. Le nombre d’opérations a quant à lui diminué, passé de 28 en 2020 à 23 en 2021. Les secteurs du spatial, de l’agriculture et de la mobilité ont concentré 81 % du volume d’investissement pour seulement 4 levées de fonds. En termes de nombre d’opérations, ce sont les secteurs de la santé (4), la biotechnologie (3) et de l’aéronautique (3) qui dominent. 

Loft Orbital, Agronutris et EasyMile sur le podium

Avec 125 millions d’euros levés, Loft Orbital est devenu la première start-up à avoir levé plus de 100 millions d’euros en Haute-Garonne. Un pari gagné donc pour la spacetech d’origine californienne, implantée dans la capitale européenne du spatial qu’est Toulouse depuis 2019. Développant une solution de récolte et d’exploitation de données spatiales via une API, la start-up souhaite à présent passer « à la réalisation et au déploiement de constellations de satellites ». Agronutris, l’agritech spécialisée dans la production d’insectes comestibles pour la confection de farines et huiles, a, elle, levé 100 millions d’euros. La jeune pousse EasyMile, qui propose des véhicules entièrement autonomes sans infrastructures spécifiques, vient compléter le podium avec une levée de fonds de 55 millions d’euros. 

Une dynamique qui doit s’inscrire sur le long terme

Par ailleurs, ce doublement des montants levés devrait être de bon augure pour la suite selon certaines sociétés de gestion. « Cette dynamique devrait se poursuivre à Toulouse dans les prochaines années grâce à l’excellence de ses centres de recherche dans de nombreux domaines et la maturité grandissante de son écosystème d’accompagnement des projets », affirme Clément Bauguil, chargé d’affaires chez M Capital. « 2021 a été un grand cru, avec de très belles levées pour les start-ups de notre territoire et nous nous attendons à une dynamique similaire pour 2022, en particulier avec l’accélération des financements sur des secteurs tels que le New Space », ajoute Benjamin Lillo, directeur d’investissement chez Irdi. « Il faut toutefois que les tours d’amorçage, voire de préamorçage, augmentent pour que cette dynamique s’inscrive dans le long terme, ce d’autant que le territoire a des atouts pour faire émerger de belles sociétés technologiques », conclut-il. 

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*