Data : objectif l’urne

Cette fois, les instituts de sondage ne se sont pas trompés. Faut-il pour autant remettre en cause leur remise en cause ?

Largement moqués après le Brexit et l’élection de Donald Trump, les instituts de sondages redressent la tête au lendemain du 1er tour de l’élection présidentielle française, qui a vu les favoris annoncés arriver effectivement en tête.

Pourtant, voici encore quelques jours, leurs analyses étaient encore décrédibilisées par leurs échecs précédents et par les vertus dont on parait les nouveaux sondeurs : des startups, le plus souvent, qui fondent leurs constats sur l’étude des réseaux sociaux et d’Internet en général. C’est en faisant mouliner leurs algorithmes que plusieurs d’entre eux avaient prédit le Brexit ou la victoire de Donald Trump.

Voici quelques jours, juste avant le premier tour de l’élection présidentielle française, leur analyse semblait claire : les scores prédits à Marine Le Pen et Emmanuel Macron étaient surestimés, ce qui laissait supposer qu’au moins l’un d’entre eux serait absent du second tour ; les scores prédits à François Fillon et Jean-Luc Mélenchon étaient quant à eux sous-estimés, ce qui laissait supposer que, porté(s) par une plus forte dynamique, au moins l’un d’entre eux allait s’inviter au second tour. Ces spécialistes des réseaux sociaux et de la donnée se sont donc trompés. Faut-il en conclure que la data n’est pas fiable ?

Ce n’est pas ce que pense en tout cas Emmanuel Macron, qui fait appel à une startup spécialisée dans le big data pour mener sa campagne. Cette startup avait été révélée au grand public après la campagne victorieuse de Barak Obama fin 2012. En l’occurrence, cette startup est française et s’appelle « Liegey Muller Pons » (du nom des trois fondateurs)… Ce n’est pas le cas non plus dans le camp opposé (ou encore pour certains geeks des camps défaits). Bref, on pourrait mieux apprécier la portée de la data dans la vie citoyenne après l’élection présidentielle. Ah mais non : il y a l’élection législative! Après alors ?Ah mais non : il y a la trêve estivale! Bon, un jour prochain, alors ?

MID e-news

Crédit photo : © Patryssia – Fotolia.com

Pascal Boiron était un journaliste spécialisé dans l'économie du numérique depuis 1987, il a notamment travaillé pour Technologies Bancaires, 01 Informatique, Décision Micro, Le Monde Informatique, Distributique... Il a co-fondé l'Agence "Campagne de Presse" en 2003 . Depuis 2009, Pascal était le rédacteur en chef de MID e-news. Il nous a malheureusement quitté en janvier 2020.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*