Covid-19. 1,5 milliard d’euros d’avance de trésorerie accordée aux entreprises d’Occitanie


En partenariat avec

ToulÉco

Au rythme de l’évolution de l’épidémie, l’Urssaf Midi-Pyrénées s’adapte et veut le faire savoir : cet automne, le collecteur met à disposition des entreprises de moins de 250 salariés et des travailleurs indépendants de nouvelles mesures d’accompagnement.

« Nous avons limité les dépôts de bilan au premier semestre 2020 », se félicite Jean Dokhelar, directeur de l’Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales (Urssaf) de Midi-Pyrénées. Pour soutenir le tissu économique de la région Occitanie, touché par la crise du Covid-19, le collecteur a concédé aux entreprises une avance de trésorerie de 817 millions d’euros.

L’Urssaf a également autorisé le report de cotisations aux travailleurs indépendants, commerçants, artisans et aux professions libérales pour un montant de 631 millions. « Nous ne pouvions pas mettre en place une mesure plus radicale pour préserver leur trésorerie », note le directeur régional. Mais, dans la foulée, l’Occitanie a perdu 46.000 emplois sur la même période. Sans surprise, les contrats à durée déterminée et les saisonniers de l’hébergement et de la restauration ont été impactés par le confinement et la crise sanitaire. Le département des Hautes-Pyrénées, et particulièrement Lourdes, paye un lourd tribut avec la suppression de 1.900 postes.

Echéancier

Malgré ce chiffre, « l’Occitanie ne s’en sort pas trop mal. Elle est la troisième région de France la moins touchée derrière les Pays de Loire et la Bretagne », relativise le directeur. « Et, en septembre, on revient à des taux de report quasi-normaux de l’ordre de 2,80 %, contre 26 % en avril dernier », en plein confinement. Les dispositifs gouvernementaux – prêt garanti État (PGE) et chômage partiel – ont permis d’amortir la crise. Mais pas seulement. Dès cet été, les secteurs du numérique et de la construction ont relancé leur activité. Pour autant, Jean Dokhelar reste prudent. « C’est une tendance », tempère-t-il. « On est sur une ligne de crête. »

Face à cette incertitude qui pèse sur l’activité économique, l’Urssaf propose de nouvelles dispositions d’accompagnement qui s’adressent aux entreprises de moins de 250 salariés. Sachant que les PME et ETI, elles, ont déjà soldé leur dette. Ainsi, outre des exonérations de cotisations patronales sur la période de février à mai, les entreprises peuvent également obtenir un plan d’apurement, sous la forme d’un échéancier, afin de faciliter le paiement des cotisations sociales courantes. « On s’adapte au contexte atypique », conclut le directeur, qui ajoute que les travailleurs indépendants peuvent également bénéficier de ces mesures.
Audrey Sommazi, Touléco

Sur la photo : Jean Dokhelar, directeur de l’Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales (Urssaf) de Midi-Pyrénées. Crédits : Urssaf.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*