Money Block joue avec les codes des cryptomonnaies

Forte d’une première levée de fonds en juillet dernier sur Ulule, la start-up Money Block propose un jeu vidéo de stratégie autour des cryptomonnaies et de la technologie blockchain qui réunit amateurs et connaisseurs endurcis. Ayant déjà complété un programme de préincubation complet au Starter, Nicolas Delqué et Thomas Foicik, fondateurs de la start-up, envisagent de sortir une version mobile du jeu d’ici 2021. Entretien avec Nicolas Delqué.

Money Block, le Monopoly de la cryptomonnaie

Un jeu de stratégie qui se veut une expérience ludique, pour faire comprendre les termes de la cryptomonnaie et la blockchain, technologie sous-jacente utilisée par le Bitcoin. Jouable jusqu’à six joueurs qui vont s’affronter sur un plateau de jeu ou bien en ligne, les participants incarneront au cours des parties des traders aguerris qui seront amenés à investir (fictivement bien entendu) dans différentes crypto monnaies et en faisant fluctuer ces dernières. « Tout comme le Monopoly a voulu rendre un peu plus compréhensibles les investissements dans l’immobilier, nous, nous adaptons ce même principe à la cryptomonnaie et à la blockchain, en empruntant tout le vocabulaire et les utilisations qu’elles contiennent », explique Nicolas Delqué, cofondateur de Money Block.

Tous deux ayant des profils financiers, Thomas Foicik et Nicolas Delqué se sont rencontré sur les bancs de la fac à Toulouse avant de partir travailler à Paris. Chargé d’animer un groupe de travail qui s’interroge sur les impacts que peuvent avoir les cryptomonnaies sur le modèle bancaire, Thomas Foicik s’est rendu compte en essayant d’expliquer et de vulgariser ses travaux à ses collègues que les formations classiques sont souvent rébarbatives et inefficaces. « Thomas réalisait que le vocabulaire était incompréhensible pour beaucoup, qu’il perdait beaucoup de son auditoire. C’est à ce moment-là qu’en tant que gamer, il a commencé à réfléchir sur une mécanique de jeu vidéo de stratégie fondée autour de ces sujets afin de rendre leur compréhension plus attrayante », raconte Nicolas. « À l’été 2019, nous avons commencé à en parler à deux et nous nous sommes lancés dans l’aventure entrepreneuriale l’automne qui suivait. Nous avons ensuite intégré le programme de préincubation du starter au début de l’année 2020 », ajoute-t-il.

Du BtoC au BtoB

La carte action « évasion fiscale » pour mettre des bâtons dans les roues de vos adversaires !

Le sujet de la technologie blockchain et de la cryptomonnaie n’étant pas des plus simples pour tous les publics, Nicolas prévient que même si Money Block se veut le plus ludique possible, le jeu n’est pas aussi accessible pour les plus jeunes que peut l’être le Monopoly. « Notre cœur de cible, ce sont les 16-35 ans, adeptes de cryptomonnaie, technophiles curieux ou gamers qui souhaiteraient prolonger leur initiation sur le sujet en affrontant d’autres joueurs », avertit le cofondateur de la start-up.

Mais le BtoC n’est pas l’unique cible de la start-up qui compte bien intégrer son jeu dans les entreprises et les écoles. « Nous aimerions aussi à terme pouvoir atteindre un public professionnel pour pouvoir accompagner la formation sur les concepts de blockchain ou de trading. Nous savons qu’il y a beaucoup d’écoles d’ingénieurs ou de commerce qui pourraient être intéressées par l’idée », confie-t-il.

Une application digitale pour 2021

Actuellement, l’objectif de la start-up est de lancer son application digitale et prévoit d’augmenter ses effectifs. « Pour l’instant nous nous rapprochons des studios de développement afin de proposer la meilleure expérience possible… Nous avons déjà eu pas mal d’échanges et nous sommes en train d’affiner notre stratégie pour lancer très prochainement le développement. L’idée serait d’avoir une version bêta d’ici la fin de l’année, et une version qui sorte sur le marché en 2021 », explique Nicolas Delqué.

De plus, la start-up a aussi comme envie de développer son propre plateau de jeu, même si les deux cofondateurs sont encore en phase de réflexion à ce sujet. « Le jeu de plateau ne pourra jamais marcher tout seul. Nous avons comme idées soit d’en faire un plateau connecté, en créant de l’interactivité avec les applications que chacun aura sur son téléphone, ce qui est très coûteux, soit d’en faire un plateau plus passif destiné à matérialiser l’avancement des joueurs dans la partie », explique-t-il. Néanmoins, le cofondateur de la start-up rappelle que ce projet de jeu de plateau n’est pas encore d’actualité, même si dans leur stratégie de cibler le BtoB, il sera nécessaire.

 Interrogé sur les conseils qu’il donnerait aux jeunes entrepreneurs désireux de créer leur propre jeu vidéo, Nicolas Delqué répond : « se lancer dans l’aventure du développement d’un jeu vidéo est très prenant et passionnant, cependant il faut savoir bien s’entourer, car c’est quand même un sujet complexe et qui nécessite beaucoup de compétences sur la partie BtoC. On se rend compte très vite que les investissements peuvent être significatifs. Il faut bien mesurer l’ampleur et la charge de travail ».

Propos recueillis par Clément Seilhan

Sur la photo : de gauche à droite, Thomas Foicik et Nicolas Delqué, fondateurs de Money Block.

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*