Thomas Bascaules quitte Ad’Occ : « la fusion des agences d’Occitanie est aboutie »

Arrivé en 2017 pour mener la fusion des six agences économiques d’Occitanie, Thomas Bascaules retourne dans le privé avec le sentiment du devoir accompli. Interview.


Thomas Bascaules. Crédit photo : DR (droits réservés)
– Thomas Bascaules, vous retournez dans le privé, chez Capgemini, après deux ans passés dans le public comme directeur de l’agence Ad’Occ. Cette expérience vous a-t-elle déçue ?
Thomas Bascaules : Je ne suis pas parti au bout d’un mois. Si cette expérience m’avait déplu, je l’aurais stoppée avant. Ce fut une très bonne expérience, mais la vie m’a offert une autre opportunité professionnelle, tout simplement. Par ailleurs, la fusion des agences de développement économique sera terminée avant mon départ de la direction d’Ad’Occ.
– C’est-à-dire ?
Thomas Bascaules : Nous allons signer d’ici quelques semaines un accord d’entreprise qui signifiera que la fusion est consommée, qu’elle soit organisationnelle, financière, fiscale, et sociale. Elle est aboutie. Le dialogue social qui a été instauré a permis une harmonisation sociale qui devrait être close fin 2019 .
– Quelle a été la principale difficulté dans la réalisation de la fusion ?
Thomas Bascaules : Le choc des cultures entre les différentes entités : les unes étaient liées à l’innovation, d’autres à l’export, d’autres encore en lien direct avec des secteurs d’activité très différents (monde viticole par exemple, etc.). Elles étaient disparates. De ce fait, durant toute l’année 2018, il a pu y avoir certaines résistances, des personnes qui disaient que « c’était mieux avant ». Mais malgré cela, on a gardé tout le monde à bord et développé une culture unique. Le projet, co-construit avec la Région Occitanie, les délégués du personnel et des équipes projets de l’agence qui ont travaillé dessus, a emporté une grande adhésion.
– Quelle a été votre méthode ?
Thomas Bascaules : J’ai lancé un plan stratégique appelé Odiic 2020, pour Occitanie, Développement, Innovation, International et Croissance). Son but était d’aligner toutes les équipes sur les mêmes objectifs qualitatifs et quantitatifs en termes de développement économique et d’accompagnement d’entreprise. J’ai mis en place des process issus du privé qui permettaient de faire travailler les entités ensemble avec une organisation par métier (croissance, innovation, export, attractivité, fonctions supports, et, en front office, la direction opérationnelle des territoires avec tous les chargés de missions). Enfin, j’ai mis en place des revues de performances d’indicateurs, qui nous permettent de savoir qu’on a accompagné 4000 entreprises en 2018 (contre 3000 en 2017). Grâce aux synergies et à la culture de la performance, nous avons accompagné 30% d’entreprises en plus.
– Quelle est votre plus grande satisfaction ?
Thomas Bascaules : Évidemment la création d’emplois sur le territoire. Et plus personnellement, j’ai eu la chance de participer à une fusion, c’est quelque chose d’ important dans la vie d’un dirigeant. Désormais, je sais piloter une fusion, une opération extrêmement complexe, le tout dans un écosystème lui aussi complexe, composé du Conseil régional, des instances consulaires, des grands comptes…).Il fallait non seulement réussir la fusion, mais la réussir avec les partenaires.

Propos recueillis par Sophie Arutunian, Touléco
P.S. : L’agence fusionnée Ad’Occ compte sur l’ensemble de l’Occitanie environ 180 salariés. Elle a accompagné en 2018 près de 4 000 entreprises et 93 EPCI (Etablissement Publics de Coopération Intercommunale). 125 actions de soutien à l’export ont été menées dans 23 pays et Ad’Occ a également facilité l’implantation ou l’extension de près de 36 projets étrangers (représentant plus de 1 000 emplois).

Partagez cet article !:

Laisser un commentaire