Mêlée Numérique : un phénomène occitan

melee-numerique-un-phenomene-occitan

Créée voici 19 ans, la Mêlée Numérique est devenue le premier événement dédié de France : plus de 10 000 personnes vont se rejoindre à Toulouse, du 30 septembre au 7 octobre.

Comment passe-t-on de la Mêlée Numérique au Festival de l’Homo Numericus ? Pour le comprendre, il faut évoquer les débuts de cet événement « pas comme les autres », créée au printemps de l’année 2000. Pour être clair, le numérique (auparavant affublé d’un acronyme barbare, les « NTIC », ce qui voulait signifier « Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication »). Bref, le numérique n’intéressait pas encore grand monde et les premières éditions de la Mêlée Numérique n’ont rassemblé que quelques dizaines de personnes, pour des moments qui étaient réputés être festifs.

Et maintenant ? Maintenant, en 2019, l’événement a bien grandi après plus de 20 éditions, au point de devenir le plus grand rassemblement de France dédié aux technologies du numérique : cela dure désormais 8 jours (du lundi 30 septembre au lundi 7 octobre 2019) et les différents lieux (le Quai des Savoirs, qui est le principal, mais également le Village by CA, allée Jules Guesde, le Conseil Départemental de la Haute-Garonne ou Digital Campus à Labège) vont accueillir plus de 10 000 visiteurs.

Au cours de ce festival de 8 jours, on pourra accéder à plusieurs centaines de conférences, tables rondes, ateliers ou démonstrations, réunies autour d’une trentaine de thématiques. Parmi les « incontournables », citons notamment les rencontres traitant de l’intelligence artificielle, le beau créneau dédié au « BIM » (Building Intelligence Modeling, expression qui monte rapidement en puissance dans les univers du bâtiment et des travaux publics), la rencontre entre les grands groupes et les startups (Meet The Big), le JobsTIC, la soirée « festive » du Festival le jeudi soir… (voir l’ensemble du programme ici)

Résumé : l’été a été chaud, cette rentrée et ce début d’automne ne le seront pas moins !

Pascal Boiron, MID e-news  

partagez cet article !:

Laisser un commentaire