Montpellier : WAF Conseil veut remettre de l’humain dans l’assurance

montpellier-waf-conseil-veut-remettre-de-lhumain-dans-lassurance

Créé l’été 2018, le courtier en assurances WAF opte pour un positionnement fondé sur les relations humaines et la bienveillance, tout en faisant appel aux technologies du numérique. Présentation de la jeune entreprise montpelliéraine.

La fondatrice de WAF Conseil, Laurence Honiezna, est une passionnée des métiers de l’assurance et de la gestion de patrimoine. Née dans une famille dédiée à l’assurance (sa mère a fondé « La Maison de l’Assurance » en Nouvelle-Calédonie, 1er cabinet de courtage en assurance de l’Outre-Mer français depuis 2006), elle a travaillé pendant plus de 15 ans au sein du groupe BNP-Paribas, en tant que conseillère en gestion de patrimoine et chargée d’affaires entrepreneurs.

Durant l’été 2018, elle a créé dans l’Hérault WAF Conseil, cabinet de courtage en assurances dont l’ambition est de rayonner sur l’ensemble de l’Occitanie. Elle rejoint La Mêlée à Montpellier, association occitane dédiée au numérique. Quel est le rapport entre l’assurance et le numérique ? « Le modèle économique de l’assurance et de la finance évolue très vite et fait une place de plus en plus large au numérique. En l’occurrence, je veux porter le message que le digital n’est qu’un moyen et qu’il faut placer l’humain au centre, dans le domaine de l’assurance comme dans celui du numérique. Par exemple, il faut développer un lien entre « épargne » et « bien-être au travail ». Un positionnement original résumé par le nom du cabinet. WAF Conseil signifie « W Assur Finance Conseil ». Et le « W » ? C’est celui de « Winston Churchill », impossible à utiliser pour une raison sociale, mais à qui l’on doit notamment la citation suivante : « Si cela m’était possible, j’écrirais le mot « assurance » dans chaque foyer et sur le front de chaque homme, tant je suis convaincu que l’assurance peut, à un prix modéré, libérer les familles de catastrophes irréparables. »

Pascal Boiron, MID e-news

partager cet article:

Laisser un commentaire