Depuis Toulouse, Next4 invente le tracker pour les containers maritimes

depuis-toulouse-next4-invente-le-tracker-pour-les-containers-maritimes

Erreur de destination, blocage en douane, perte ou vol de marchandises… L’expédition de containers maritimes à l’international peut connaître plusieurs aléas dont les conséquences ont un véritable coût pour les industriels exportateurs.

Cédric Rosemont, fondateur de Next4, vise un effectif de douze salariés d’ici la fin de l’année. Crédits : DR

Sur un marché mondial qui représente quelque 730 millions de flux par an, leur suivi sur lequel se positionne la société toulousaine Next4, représente un enjeu de taille.

Créée en mai 2018 et accompagnée par l’incubateur Nubbo, cette jeune pousse a en effet développé une solution de tracking en continu dédiée au transport maritime. Composée d’une application et d’un boîtier électronique amovible à installer directement sur la paroi du container, elle est censée détecter tous les événements exceptionnels depuis le départ de l’entrepôt jusqu’à l’arrivée chez le client final.

Valeur ajoutée pour les assureurs

« La géolocalisation améliore l’estimation du temps d’arrivée des marchandises ce qui permet aux industriels d’optimiser leur besoin en fonds de roulement. Notre solution apporte aussi une valeur ajoutée aux assureurs qui peuvent identifier les responsabilités dans les sinistres », explique Cédric Rosemont, fondateur de Next4. L’ancien dirigeant de la société Axible, à l’origine d’un tracker pour la marque de luxe Louis Vuitton, a déjà négocié des accords avec plusieurs assureurs français qui se sont engagés à réduire le taux d’assurance transport pour les utilisateurs de la technologie Next4.

Relié au réseau GSM et LTE-M, sa version basse consommation, le tracker entrera dans sa phase industrielle en septembre 2019. Il devrait embarquer la technologie satellite d’ici 2020 pour une couverture globale, sur terre comme sur mer. La société a en effet signé un partenariat avec Kinéis, filiale de CLS, à l’origine d’une constellation de nanosatellites dédiée à l’internet des objets. En phase de validation de concept, Next4 a déjà été financée pour ce projet à hauteur de 650.000 euros, notamment par la BPI.

La jeune pousse, qui emploie actuellement six personnes, programme une nouvelle levée de fonds de 500.000 euros mi-2019 pour accompagner la mise sur le marché de sa première version de tracker. Côté chiffres d’affaires, elle vise les 10 millions d’euros à horizon 2023.

Johanna Decorse, Touléco

partager cet article:

Laisser un commentaire