Pourquoi TDF agrandit son datacenter bordelais

pourquoi-tdf-agrandit-son-datacenter-bordelais

En doublant la capacité de son datacenter bordelais, TDF accompagne un mouvement de fond : en 2017 déjà, 85% des nouvelles constructions de datacenters ont eu lieu en région.

Pourquoi tant de nouveaux datacenters sont-ils implantés en province ? Certes, le prix du foncier est moins élevé en région qu’en Ile-de-France, mais ce n’est pas la seule explication. Cette tendance est notamment confortée par des avancées technologiques, dont celle qui permet de faire du « edge computing ». En d’autres termes, il s’agit de stocker et de traiter les données à proximité de leur lieu de création.

Cette évolution montre que la clientèle française n’est pas la seule à vouloir rester « indépendante » par rapport aux géants du cloud « public » (comme Microsoft, Amazon, Google, IBM, Salesforce, Oracle…).

Dans le cas du datacenter bordelais de TDF (situé à Bordeaux-Bouliac), il s’agit d’un agrandissement et pas d’une création. Concrètement, le datacenter double de volume et passe de 278 à à 538 m² (et de 122 à 222 baies). En novembre 2018, seul le premier module (sur trois) est inauguré. L’ensemble du nouveau datacenter sera achevé début 2019.

Un datacenter local bâti par des locaux

La première moitié du datacenter bordelais de TDF a été construite en 2013. Pour cette seconde tranche, TDF a fait principalement appel à des acteurs locaux (Nouvelle Aquitaine), comme Cap Ingelec, SOPCZ ou Ouvrage BTP. Une centaine d’emplois directs et indirects ont ainsi été créés. L’essentiel des travaux a été réalisé en 16 mois, pour 260 m² pour la surface dite « IT » (Information Technologies). Pour l’entreprise cela a représenté un investissement de 7 millions d’euros, mais le nouveau bâtiment sera capable d’accueillir davantage de baies si la demande locale continue de croître.

Pascal Boiron, MID e-news

partager cet article:

Laisser un commentaire