Marc Péré, maire de L’Union, facilitateur d’innovations

marc-pere-maire-de-lunion-facilitateur-dinnovations

Maire de L’Union (31) depuis mai 2014, Marc Péré, par ailleurs Chargé de mission Espace au sein du pôle de compétitivité Aerospace Valley, ouvre sa ville à de nombreuses expérimentations numériques en collaboration avec des startups régionales. Entretien avec un maire connecté.

 

 

Depuis 2014, L’Union est devenue le lieu de nombreuses expérimentations digitales. Quel est le fil conducteur de cette transformation numérique ?

Marc Péré : « Tout simplement, je connais les difficultés que rencontrent les porteurs d’idées et de projets innovants pour trouver des terrains d’expérimentation, susciter l’intérêt des responsables politiques locaux. Dès le début de ma mandature, j’ai donc souhaité être un facilitateur d’innovations. »

 

Concrètement, comment se traduit cette stratégie ?

Marc Péré : « Nous proposons à des startups régionales de tester leurs solutions sur le terrain, notamment dans le domaine de l’e-santé. 15 % de la population de L’Union a plus de 75 ans, soit deux fois plus que la moyenne nationale, et nous avons une forte proportion de zones pavillonnaires. Favoriser le maintien à domicile des personnes âgées est donc un enjeu important et, dans ce contexte, le numérique est un véritable atout. Ainsi sur la commune, 15 maisons ont été équipées du système développé par la startup toulousaine Télégrafik, une plateforme intelligente qui analyse les données issues de capteurs et émet des alertes en cas de comportements inhabituels ou suspects. Nous collaborons aussi avec Orme, basée à Labège, qui a conçu un capteur autonome très performant, capable de détecter des chutes lentes ou rapides, actuellement en test dans 5 logements Unionais.

Dans la même logique, avec le soutien de la Région Occitanie, nous avons installé sur le toit de la mairie une antenne de technologie LoRa reliée à un compteur d’eau, afin de surveiller en collaboration avec le Gérontopole  du CHU de Toulouse,  la consommation d’eau d’une personne âgée. Dernier exemple dans le domaine de la prévention, nous proposons aux séniors un programme supervisé par des médecins, basé sur la pratique de vélos à assistance électrique connectés qui s’adaptent aux capacités physiques de l’utilisateur

 

Dans quels autres domaines applicatifs collaborez-vous avec des startups ?

Marc Péré : « Nous accueillons régulièrement de nouveaux projets. Depuis cet automne par exemple, la startup toulousaine Adopte Ma Tomate teste sur la commune son projet de jardin partagé, qui permet entre-autres de créer du lien social intergénérationnel. Nous avons également des projets en cours dans le domaine de l’optimisation de la consommation d’énergie. Ces projets sont notamment proposés et débattus dans le cadre de la commission citoyenne « Ville numérique », que nous avons créée. »

 

Vous avez lancé il y a quelques mois la nouvelle application mobile « L’Union Ville Connectée ». Qu’apporte-t-elle de plus ?

Marc Péré : « Tout d’abord cette application a fait ses preuves, puisque depuis son lancement en 2014, elle a été téléchargée plus de 1 700 fois.  La nouvelle version offre une interface graphique et une navigation optimisées. Elle permet non seulement d’accéder à toutes les informations pratiques de la ville (agenda culturel, menu des cantines, calendrier de collecte des déchets…), mais également de recevoir des messages d’alerte concernant par exemple des travaux ou des intempéries. C’est surtout un outil d’échange au service de la démocratie, qui permet aux citoyens de signaler en quelques clics des anomalies ou des désagréments constatés, et de participer à la vie de la commune en donnant leur avis lors de consultations publiques, comme celle actuellement en cours sur la future gestion de l’eau et de l’assainissement de la Métropole toulousaine. »

 

Propos recueillis par Chantal Delsouc, MID e-news

Partager cet article:

Laisser un commentaire