Avec Bioviva, la protection de l’environnement est un jeu d’enfant

avec-bioviva-la-protection-de-lenvironnement-est-un-jeu-denfant

Huit prix en douze mois, c’est l’exploit accompli par Bioviva, société montpelliéraine éditrice de jeux de société éducatifs sur la protection de l’environnement. Cette entreprise créée il y a 21 ans est en pleine croissance depuis quatre ans.

Thierry Derez, Président de Covéa ; Jean-Thierry Winstel, Fondateur de Bioviva Editions et Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier Ministre. Photo Bioviva.

En partenariat avec 

Le 7 juin dernier, la Fondation d’entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur décernait à Bioviva et son fondateur Jean-Thierry Winstel, le Prix « Entreprise marchande » pour ses jeux éducatifs « Made in France ». Un prix qui s’inscrit dans une longue liste de récompense décernée à l’entreprise montpelliéraine qui a également obtenu le prix RSE Face Hérault dans la catégorie « Engagement environnement » ou encore le trophée « PME Bougeons-nous » organisé fin 2016 par RMC-BFM TV et présenté par Jean-Jacques Bourdin. Des prix qui viennent accompagner une forte croissance constatée sur ces quatre dernières années.

L’effectif est ainsi passé de six employés en 2014 à dix-sept personnes travaillant chez Bioviva en 2017. L’entreprise a doublé son chiffre d’affaires sur cette même période, atteignant de 2,5 millions d’euros en 2016. « Nous espérons 50% de CA en plus en 2017 », indique Frédéric Cérène, chargé de communication. Cette bonne santé, Bioviva la doit à son positionnement unique sur le marché du jeu de société, largement dominé par des produits conçus en Chine, sans considération écologiques. En effet, les jeux Bioviva portent non seulement sur l’environnement, la biodiversité et la nature, mais sont également écoconçus. « Nos jeux sont imaginés à Montpellier et fabriqués dans la Drôme. Nous veillons à ce que notre empreinte carbone soit la plus réduite possible, à ce qu’il n’y ait pas de suremballage dans les boîtes de jeux ou encore à limiter la quantité de matières et ressources non renouvelables. Nos jeux s’utilisent également sans piles » détaille Frédéric Cérène. Les jeux sont également imprimés avec des encres végétales sur des papiers et cartons labellisés FSC.

Conquérir la Chine

En 21 ans d’existence, la société montpelliéraine a déjà créé plus de 70 jeux, dont 18 nouveautés en 2017. C’est le jeu de cartes « Défi nature » qui fait office de best-seller. Sept cents enseignes (magasins de jouets, magasins bio ou indépendants du jeu et jouet) distribuent déjà les jeux Bioviva dans dix-sept pays et Jean-Thierry Winstel compte désormais conquérir la Chine, notamment via le prisme éducatif.

Autre ambitieux projet de l’entreprise : offrir un million de jeux aux enfants réfugiés à travers le monde à Noël 2017, un nombre équivalent à sa production annuelle. « Nous sommes en train de mettre le projet en place et recherchons des partenaires », glisse Frédéric Cérène. La société s’adresse également au monde professionnel et crée pour des entreprises, enseignes ou marques, des jeux pour adultes sur la sensibilisation à la protection de l’environnement.

Coralie Pierre

 

Partager cet article:

Laisser un commentaire