Vers un réseau social unique ?

vers-un-reseau-social-unique

Pour les réseaux sociaux, les mouvements de concentration vont plus vite que le lancement de nouveaux réseaux sociaux spécialisés. On peut se demander s’il n’existera plus dans 10 ans qu’un seul réseau social.

On observe aujourd’hui deux tendances chez les observateurs des réseaux sociaux. Plusieurs études sur le sujet parues depuis le début de l’année 2017 rappellent en effet les évolutions des grands acteurs du secteur au cours des dernières années et les nouveaux services qu’ils préparent pour la prochaine décennie.

La première analyse conclut à une concentration continue, qui aboutirait à ce qu’il n’existe plus qu’un réseau social dans 10 ans (peut-être deux) dans le monde occidental. Ce propos est étayé par un constat. Si seuls quelques grandes acquisitions ont eu une résonnance médiatique importante (Facebook rachetant Instagram ou WhatsApp, Google rachetant You Tube, Microsoft rachetant Skype ou Linkedin, Twitter rachetant Periscope ou Vine…), on a dénombré plusieurs centaines d’acquisitions au cours des 10 dernières années dans l’univers des réseaux sociaux. A lui seul, Facebook a réalisé plus de 50 rachats ces 10 dernières années.

Autre argument : tous les grands réseaux sociaux semblent aujourd’hui guidés par la volonté de proposer les mêmes services que leur concurrent frontal. De ce point de vue, les trois principaux « conglomérats » (Facebook, Google et Microsoft) disposeront bientôt de solutions similaires.

Le second point de vue est qu’il se créera toujours plus de startups qu’il n’y aura d’opérations de croissance externe, ce qui garantirait de toujours avoir une pluralité technologique. De fait, de nombreuses nouvelles entreprises sont attendues dans les domaines de l’intelligence artificielle, de la réalité virtuelle, de l’Internet des objets, du big data, etc.

Ce sont bien sûr des sujets auxquels les trois principaux groupes cités plus haut, mais le rythme des créations de startups serait plus rapide que celui des mouvements de concentration.

MID e-news

Crédit illustration : © niroworld – Fotolia.com

Partager cet article:

2 Commentaires

  • Un jeune
    Reply Now

    La base de l'évolution du réseau social, c'est la disruption. Dès qu'un réseau social tend au monopole et se normalise au sein d'une société, une partie de celle-ci quittera le réseau social pour aller vers autre chose. C'est typiquement ce qu'on observe chez les jeunes, qui créent ces tendances, et déteste par dessus tout les réseaux sociaux "globalisant". Ils veulent de la nouveauté, de l'entre-soi. Il ne veulent pas un réseau social global qui réunirait leurs amis, leurs parents, leurs voisins et leurs professeurs. Il y a quelques années, on n'imaginait pas que le monopole apparent de Facebook puisse être contesté ou égalé, puis instagram et snapchat sont sortis de nulle part et se sont solidement imposés sur le marché. Pourquoi? Parce que Facebook ne permettait plus cet "entre-soi" et que les jeunes n'y partagent plus rien, ils préférent partager sur des réseaux sociaux qui ne sont pas envahis par les "vieux". Et c'est un cycle sans fin, donc non, il n'y aura jamais un seul réseau social.

  • Suite à votre article, je me permets de présenter le projet de ma startup qui est Toulousaine. MyTeleworker est un réseau professionnel qui fait appel à l'intelligence artificielle pour rapprocher les utilisateurs sur des atomes crochus. Par exemple; nous rapprochons les personnes d'une même corporation, Commissaires aux comptes, avocats... pour qu'ils puissent s'asseoir autour d'une table et discuter, se former.... Et horizontalement , nous rapprochons, un maçon, un architecte, un plombier... afin que chacun soit un commercial de l'ensemble d'un groupe pour par exemple , construire une maison. Il existe de multiples autres raisons pour lesquelles notre système analyse la relation entre les personnes et propose des rencontres. Il s'agit donc d'une communication régulière entre les membres pour savoir qui ils sont, qui ils recherchent. MyTeleworker pousse alors des profils et organise des rencontres physiques ou virtuelles. Aujourd'hui la problématique des indépendants, c'est de rompre l'isolement, et de trouver directement, des clients, des fournisseurs, faire du recrutement... Trouver des personnes ciblées rapidement est difficile. Nous pensons que dans les années futures, nous allons devoir réduire nos déplacements pour lutter contre le réchauffement de la planète, et la raréfaction du pétrole. Il sera donc de plus en plus dur et de plus en plus hasardeux de trouver des clients, des partenaires... Inscrivez vous sur la lettre pour en savoir d'avantage. http://www.myteleworker.com/fr/inscription-a-la-newsletter Daniel Moulières

Laisser un commentaire