Flipr, l’ami connecté des piscines

flipr-lami-connecte-des-piscines

Après avoir levé 500 000 euros en décembre 2016, la startup occitane livre cette semaine les premiers exemplaires de Flipr. Cet objet connecté analyse en temps réel  la qualité de l’eau d’une piscine et envoie des conseils d’entretien personnalisés sur smartphone.

Paul Costaseca, co-fondateur de Flipr

Comme d’autres pépites régionales, Flipr  est née dans le cadre d’un Startup Week-end. Celui de Perpignan en l’occurrence, où Paul Costaseca, Sven Fonteny et Florent Vidal se sont rencontrés en 2015 pour plancher sur une solution connectée d’entretien des piscines, qui leur a d’ailleurs valus d’être lauréats de ce concours.

Deux ans plus, et après avoir levé 500 000 euros en décembre 2016, Flipr démarre la commercialisation du premier objet connecté qui analyse en temps réel la qualité de l’eau d’une piscine et envoie des conseils d’entretien personnalisés sur smartphone. « La particularité de notre solution est qu’elle ne se limite pas à remonter des informations, explique Paul Costaseca, co-fondateur de Flipr, en charge du marketing et du développement commercial. Elle permet d’anticiper les fluctuations de l’eau jusqu’à 5 jours et ainsi d’optimiser la consommation de produits d’entretien. »

8 paramètres de l’eau (chlore ou brome, pH, sel, conducteur, dureté, alcalinité, température et indice UV) sont analysés au moyen de 4 sondes spécifiques. Les résultats, transmis via le réseau de communication Sigfox, sont examinés grâce à des algorithmes prédictifs et comparés avec des données météorologiques et environnementales.

Distribution directe et indirecte

Accessible au prix de 300 euros, Flipr est commercialisé en direct sur le site de la startup, qui développe parallèlement son réseau de distribution indirecte en France. « Nous ciblons notamment les spécialistes des piscines ou les enseignes de grande distribution dédiées aux loisirs et au bricolage », précise Paul Costaseca.

Basée à Labège au sein de l’IoT Valley (R&D et production) et à Perpignan (commercialisation B to C et administration), la startup emploie actuellement 3 salariés et 5 stagiaires. Elle souhaite se développer rapidement en Espagne, 3ème marché mondial de la piscine derrière la France et les Etats-Unis.

Chantal Delsouc, MID e-news

Partager cet article:

Laisser un commentaire